Caudan-56 400 personnes soutiennent la SBFM

Publié le par sphab/cgt & associés


Caudan-56

400 personnes soutiennent la SBFM

21 juin 2009

 

400 personnes se sont rassemblées hier matin devant la SBFM à Caudan pour protester contre le plan de l'unique repreneur, le fondeur espagnol CIE automotive.

 

Caudan. 400 personnes soutiennent la SBFM. Gérard Perron, maire d'Hennebont souhaite

que le gouvernement impose à Renault et à PSA une solution de reprise viable pour la SBFM.

 

«Pourquoi avoir attendu six mois qu'on nous propose aujourd'hui une solution inacceptable d'un repreneur potentiel espagnol, qui n'est pas meilleure que celle proposée par l'ancien propriétaire Garo rejetée par le tribunal de commerce de Lyon? Pourquoi le ministère de l'Industrie et le gouvernement n'imposent-ils pas aux constructeurs Peugeot et Renault qui bénéficient des fonds du Plan de modernisation de l'automobile, de reprendre la SBFM à leur compte ? » Ce sont les questions posées, hier matin, publiquement par Gérard Perron, maire d'Hennebont, à l'occasion du rassemblement de soutien aux 538 salariés de la SBFM. Les employés de la fonderie bretonne rejettent en bloc les propositions des Espagnols de CIE automotive qui ont déposé, auprès du tribunal de commerce de Lyon un plan de reprise, que les salariés lorientais qualifient de plan de «non-reprise».


De pieds fermes


Ils occupent l'usine de Caudan depuis mardi dernier et attendent de pieds fermes la table ronde censée se tenir mardi à la préfecture de Région à Rennes. Tous les acteurs du dossier doivent y évoquer le plan de reprise. «Il ne faudrait pas que ce soit une énième réunion où les représentants des salariés et les élus entendent encore une fois qu'il faut être patients et que la crise impose d'être raisonnables». Pour Richard Hervé de la CFE-CGC, l'avenir de la SBFM dépend toujours «d'un véritable plan industriel de la part des constructeurs automobiles que sont Renault et PSA, d'un véritable plan de reprise et d'une aide financière à hauteur de 40M€: 20M€ pour maintenir en état l'outil industriel et 20 autres millions pour implanter une nouvelle unité de moulage ».


La résistance comme arme


La CGT derrière son secrétaire général Pierre le Ménahès a souligné que «la résistance et la lutte étaient les seules armes. Allons-nous persister à programmer des manifestations qui ne sont pas entendues par le gouvernement?», a-t-il interrogé. Salariés et élus sont dans l'attente, au plus tard lundi des nouvelles du préfet de région, sous l'égide duquel doit se tenir la table ronde de mardi. Qu'en attendent au juste les salariés? «Qu'on crève l'abcès», répond Pierre le Ménahès. Soit il y a un projet, soit il n'y en pas et c'est la liquidation ».


Sophie Paitier

 

 

SBFM. (Caudan-56)

Voie express bloquée et manifestations

20 juin 2009


 

Nouvelle journée de manifestation hier pour les salariés de la SBFM. Le matin, des salariés s'étaient rendus au pôle emploi (ex-ANPE) afin de s'inscrire collectivement sur les listes de chômeurs. Cette action symbolique s'est poursuivie dans la journée par des mouvements plus importants.

 


Embouteillage monstre

 

SBFM. Voie express bloquée et manifestations. Les manifestants se sont rendus devant la concession
 Renault,
à quelques centaines de mètres de leur usine, avant de bloquer la voie express.

 

Vers 15h, à l'aide de chariots élévateurs, ils se sont rendus devant la concession Renault de Kerpont. Ils en ont bloqué les accès ainsi que la rue parallèle à la voie express. Dans la foulée, certains sont parvenus à bloquer cette voie express dans le sens Vannes-Quimper, puis dans les deux sens. Le blocage a duré près de 30 minutes, mais cela a suffi pour provoquer un embouteillage monstre. Les manifestants ont ensuite bloqué le rond-point à proximité du parc des expositions. Là encore l'embouteillage a été très important. Si jeudi, les représentants syndicaux ont quitté Rennes avec l'espoir d'obtenir une table ronde mardi prochain, hier soir, aucune information ne leur parvenait. Aucune date, aucune heure de rencontre n'était donnée. L'impatience est manifeste.


Rassemblement aujourd'hui


Unanimement, les représentants du personnel regrettent l'absence totale des administrateurs judiciaires sur le site. Aujourd'hui, à 10h, un rassemblement de soutien est organisé sur le parking de la SBFM. De multiples appels à manifester sont lancés. Hier, l'UDB du pays de Lorient appelait l'ensemble de ses militants à venir soutenir les salariés de la SBFM. De même, la section lanestérienne du Parti socialiste appelait à la solidarité et demandait aux Lanestériens de participer au mouvement, tout comme le Front de gauche du pays de Lorient regroupant le PCF, la Gauche unitaire et le Parti de gauche.

 

 

SBFM.

L'espoir d'une table ronde mardi prochain

19 juin 2009

 

C'est à Rennes que 300 salariés de la SBFM se sont rendus hier à la rencontre du préfet de région et des élus du conseil régional. La table ronde réclamée par les salariés pourrait être réunie mardi.

 

SBFM. L'espoir d'une table ronde mardi prochain

 

Une table ronde réunissant l'État, la Région, les administrateurs, le groupe CIE Automotive, les constructeurs automobiles et les salariés de la SBFM pourrait se tenir mardi prochain à la préfecture de région. C'est avec cet espoir, que la CGT appelle «engagement», que les 300 manifestants sont rentrés hier de Rennes après une nouvelle journée de manifestation. Pour Pierre Le Ménahès, représentant CGT, «lors de cette table ronde, des éléments concrets sur l'avenir de l'entreprise devront être donnés.» «Ils n'ont pas le droit à l'erreur, insiste Pierre le Ménahès. Si nous n'obtenons pas de réponses à nos questions d'ici au 30juin, nous amplifierons le mouvement». Le souhait: que Renault, mais également PSA s'engagent sur des tonnages importants pour faire vivre le site de Caudan jugé depuis toujours comme stratégique pour l'industrie automobile française. Pour les représentants de la CGC, qui dénoncent eux aussi l'absence des administrateurs judiciaires depuis la publication du plan de CIE Automotive, «le préfet de Région souhaite obtenir un engagement des constructeurs sur les commandes futures.» Il réclame le dialogue et souhaite «éviter la réunionnite.» Si le préfet de région, Jean Daubigny, préfère des réunions restreintes à une table ronde générale, ce n'est pas l'avis de la Région. Marc Labbey, vice-président chargé des affaires économiques et ses conseillers souhaitent réunir les différents acteurs du dossier au plus tard mardi. Pour Richard Hervé et Patrick Pichon, de la CGC, «il y a urgence à ce que les constructeurs amènent sur la table des négociations, de vrais volumes de commandes.»


Le député intervient


Hier, le député Jacques Le Nay a écrit à Christine Lagarde, ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi et à Luc Chatel, secrétaire d'État à l'Industrie. Qualifiant la proposition de reprise du groupe CIE Automotive «d'empilement de conditions suspensives», le député soutient la volonté des salariés d'organiser une table ronde. Il réclame aussi plus d'explications sur le plan industriel et sur le programme d'investissements du candidat à la reprise.


 

Rassemblement samedi à 10h


Samedi à 10h, les salariés de la fonderie organisent un rassemblement de soutien sur le parking de l'entreprise, à Kerpont. Plusieurs appels à manifester sont parvenus hier, notamment, de la fédération morbihannaise du parti communiste, du groupe des élus Lanester Franchement à Gauche ainsi que de Gérard Perron, maire et conseiller général d'Hennebont.


Articles publié les 19, 20 et 21 juin 2009 sur le site : http://www.letelegramme.com


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article