Manifestation Automobile : Besancenot se félicite de la "convergence des luttes"

Publié le par sphab/cgt & associés

Manifestation

Automobile : Besancenot se félicite de la "convergence des luttes"

Le leader du NPA était dans la manifestation des salariés de l'automobile, à Paris. Interrogé par Nouvelobs.com, il a salué "une convergence des luttes de tous les salariés qui résistent aux licenciements".

Olivier Besancenot, qui défilaient jeudi 17 septembre à Paris, entre la place de l'Opéra et la Bourse avec plusieurs centaines de salariés de l'automobile, s'est félicité de la "convergence des luttes de tous les salariés" et a dénoncé l'action de la majorité : "la seule force du gouvernement, c'est de diviser pour mieux régner, et aujourd'hui il y a un premier coup qui a été donné contre ça", a-t-il déclaré à Nouvelobs.com.

"C'est venu, pas par le haut, mais par la base"

"Ça fait longtemps qu'on attend une convergence des luttes de tous les salariés qui résistent aux licenciements. Ça faisait des mois et des mois, cette fois-ci c'est devenu une réalité. Et c'est venu, pas par le haut, mais par la base, parce qu'il y avait beaucoup d'obstacles", a-t-il expliqué à Nouvelobs.com, aux côtés d'Arlette Laguiller, au milieu des manifestants.Les délégations syndicales ont dénoncé "la logique financière" des groupes et les licenciements.


"Une délégation de toutes entreprises"


"On sait à quel point ce n'est pas évident de sortir le nez du guidon quand on est pris dans un conflit local", a déclaré le chef du Nouveau parti anticapitaliste. Cette manifestation rassemblait des délégations de plusieurs entreprises du secteur automobile frappées par des plans sociaux ces derniers mois, telles que Continental Clairoix (Oise), Freescale (Toulouse), Renault, Ford, Michelin (Montceau-les-Mines), Goodyear (Amiens).


Les salariés du fabricant de pneumatiques Continental, dont le site de Clairoix (1.120 emplois) est désormais fermé et le plan social finalisé, clamaient "Continental solidarité" en début de manifestation. "Là il y a des salariés qui on pris ce temps là pour aller au contact d'autres salariés. Il y a une délégation de toutes les entreprises qui ont fait parler d'elles ces derniers mois", a constaté Olivier Besancenot.

"On fera tout pour être plus nombreux"


"Evidemment on n'est pas encore assez nombreux pour stopper tous les licenciements", a regretté Olivier Besancenot, mais "on fera tout pour être plus nombreux". Faisant référence aux discussions franco-allemandes des syndicalistes de Continental, Olivier Besancenot a confié : "il faut se battre à la bonne échelle et c'est celle des multinationales auxquelles on est confronté."


Une banderole affichait aussi "Arrêt des poursuites pour sept camarades": six salariés de Continental ont été condamnés à trois à cinq mois de prison avec sursis pour des dégradations commises à la sous-préfecture de Compiègne le 21 avril par quelque 200 salariés de l'usine de Clairoix. Ils ont fait appel.


"La classe ouvrière en a marre d'en prendre plein la gueule"


Des délégations de Thalès et de la cokerie de Carling (Moselle) dont la fermeture, faute de repreneur, a été annoncée mercredi étaient également présents dans le cortège parisien.


"Il s'agit de dénoncer les stratégies financières des multinationales et leur volonté unique d'augmenter les marges et les profits avec pour seule variable d'ajustement l'emploi et les droits sociaux", avait expliqué mercredi Carlos Moreira de la Fédération CGT Métallurgie. "Nous voulons exprimer le fait que d'autres choix sont possibles en matière de politique industrielle", avait-il ajouté.
Les fédérations CGT de la métallurgie et du caoutchouc/plasturgie avaient appelé à ce rassemblement, au départ initié par les salariés de Goodyear à Amiens et d'autres sections CGT locales.


Pour Xavier Mathieu, l'emblématique leader de la lutte des salariés de Continental Clairoix, "il est enfin temps de faire bouger les choses, on aimerait que nos confédérations fassent quelque chose, la classe ouvrière en a marre d'en prendre plein la gueule".


"Une première étape"




Ce n'est qu'une première étape et on se réunira de suite pour engager rapidement une

multitude d'actions les plus convergentes possibles", a déclaré lors d'un point-presse Jean-Pierre Delanoy, responsable CGT à la fédération Métallurgie du Nord-Pas-de-Calais, en ajoutant: "on ne peut pas attendre, la stratégie des confédérations n'est pas la bonne aujourd'hui".

 

Criminalisation de l'action syndicale


Les salariés du secteur ont protesté contre les 800 licenciements qui ont frappé la branche automobile depuis janvier 2009, mais également contre la criminalisation de l'action syndicale.


Les salariés de Continental veulent ainsi dénoncer la récente condamnation de six d'entre eux pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne. Les six salariés, condamnés à des peines de prison avec sursis, ont fait appel mardi.

Donald Hebert

 

 

Article publié le jeudi 17 septembre sur le site nouvelobs.com

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/social/20090917.OBS1435/automobile__besancenot_se_felicite_de_la_convergence_de.html

 

Commenter cet article