CHU de Nantes-44 "Les braises sont toujours ardentes"

Publié le par sphab/cgt & associés

CHU de Nantes-44 
« Les braises sont toujours ardentes »

vendredi 18 septembre 2009


Malgré le jugement du tribunal administratif qui ordonne l'arrêt des piquets de grève, les cégétistes veulent maintenir la pression.


« La directrice a tenté d'éteindre le feu mais les braises sont toujours ardentes. » Les cégétistes du CHU de Nantes sont bien décidés à ne pas courber l'échine malgré la mauvaise nouvelle du jour. Le tribunal administratif, saisi en urgence par la direction, ordonne aux grévistes de libérer les lieux. Fini donc le blocus, le piquet de grève mis en place jeudi dernier. « Tant qu'on n'a pas le jugement, on tient », affirmait, hier soir, Patrice Le Luel, délégué CGT. Une histoire d'heures...


Dans les rangs de la CGT, on maugrée. Contre la direction, certes. Mais aussi contre le syndicat FO qui « trahit les grévistes ». Qui « lâche le mouvement » en acceptant de négocier. « Comme nous, ils exigeaient le retrait de ce plan qui casserait nos conditions de travail. En fait, la direction ne veut rien lâcher. Elle veut simplement qu'on se mette autour de la table pour discuter de la mise en oeuvre de ce plan. » Cette adhérente FO, agent de service, tousse elle aussi : « Je vais rendre ma carte. FO va aller négocier quoi ? Des petits bouts alors qu'il nous faudrait des gros morceaux. Imaginez : dans le service « personnes âgées », pour 148 malades avec des soins très lourds, il y a seulement une infirmière et deux aides soignantes ! Qu'est-ce que ce sera avec ce plan ? »


Elle n'en démordra pas, elle continuera la grève, avec ses collègues de la CGT et de Sud (selon les sources, ils seraient entre 12 et 20 % de grévistes). « On va trouver d'autres moyens d'action », promettent-ils.


Jean-François MARTIN.

 

 

Article publié le jeudi 18 septembre 2009 sur le site ouest-france.fr

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-CHU-Les-braises-sont-toujours-ardentes-_44109-avd-20090918-56785577_actuLocale.Htm

 

 


 

CHU de Nantes-44
Grève:« On tient quand même »

mercredi 16 septembre 2009


 

La direction a, de nouveau, fait appel aux forces de l'ordre pour rétablir l'approvisionnement. La grève continue.

 


Hôtel-Dieu, hier matin. Sous les moqueries des grévistes, les camions arrivent, repartent. On enlève le linge sale, on apporte la nourriture du self. Le tout, surveillé par plusieurs dizaines de policiers. Pas de heurts entre militants et fonctionnaires. « Ce serait faire le jeu de la direction », lâche, amer, un militant. D'autant que les forces de l'ordre, appelées par la direction, se sont déjà déplacées ce week-end et lundi.


À l'appel des syndicats CGT, FO et Sud, des piquets de grève bloquent depuis jeudi l'approvisionnement de certaines fournitures du CHU. Les agents contestent un plan de retour à l'équilibre financier, prévoyant notamment la suppression de quatre jours de congés annuels. Les sites bloqués ? La logistique à l'Hôtel-Dieu, la blanchisserie à Saint-Jacques, l'hôpital Nord-Laënnec. Les médicaments, la nourriture des patients, le matériel comme les masques ou gants, ne sont pas concernés.


La logistique du CHU a tenté des négociations avec les grévistes pour l'instauration d'un service minimum, hier matin. Mais les syndicats, réclamant des négociations globales sur le retrait du plan qui fâche, ont opposé une fin de non-recevoir. Et les policiers ne les découragent pas : ils ont revoté la grève en AG, hier après-midi. « Tout a été nettoyé, mais on tient quand même », précise Marie-Béatrice Taunay, de la CGT.


La direction du CHU, dans un communiqué, a rappelé vouloir « ouvrir le dialogue [...] sur les modalités de mise en oeuvre du plan... », et évoqué « la sécurité de la prise en charge des patients » pour justifier le recours aux forces de l'ordre.


La grève touchait hier 8 % des personnels du CHU - 465 agents. Soit 1 % de plus que la veille. Dans un communiqué diffusé hier, la CFDT, qui n'a pas rejoint le mouvement, demande l'ouverture de « négociations sur les organisations et les conditions de travail pour l'ensemble des professions du CHU ».


Clémence HOLLEVILLE.

 


Article publié le mercredi 16 septembre sur le site ouest-france.fr

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Greve-au-CHU-On-tient-quand-meme-_44109-avd-20090916-56770791_actuLocale.Htm

 

 


CHU de Nantes-44
La direction rétablit les livraisons

mardi 15 septembre 2009


 

Les piquets de grève de FO, Sud et CGT bloquaient de nombreux approvisionnements depuis jeudi. La direction a libéré les sites avec la présence des forces de l'ordre.

 


Les forces de l'ordre en renfort


« Ce lundi matin, nous avions du mal à trouver du linge propre pour se mettre en tenue vestimentaire au bloc opératoire. » Le docteur Loïc le Normand, président de la commission médical d'établissement rapporte la situation vécue au CHU. Depuis jeudi dernier, les piquets de grève de Sud, FO et CGT bloquent l'approvisionnement de certaines fournitures et la blanchisserie située à Saint-Jacques. Devant une situation sanitairement difficile à vivre, entre la non-évacuation des déchets et du linge sale, la direction a rétabli les flux de ces services en présence des forces de l'ordre. Ces derniers ne sont pas intervenus mais leur présence permettait, pour la direction, de « sécuriser le dispositif pour rétablir les différentes livraisons. »


Le recours au service minimum


Les syndicats appelant à la grève ont déploré ce recours à ces méthodes sécurisées. Surtout que la proposition d'instaurer un service minimum, notamment à la blanchisserie, avait été faite par le syndicat FO. « Nous avons eu la demande mais elle n'a pas été suivie d'effets dans le contenu », a répondu la directrice Christiane Coudrier. FO n'a pas eu le temps, non plus, de la mettre en oeuvre ! À 11 h lundi, les agents non grévistes ont pu reprendre leur travail en rentrant derrière un cordon de policiers.


7 % de grévistes


Hier, le CHU a compté 353 agents en grève. Seulement 7 % de grévistes sur le total des agents. Pas une mobilisation forte, certes, sauf qu'elle se situe dans des sites stratégiques : la blanchisserie à l'hôpital Saint-Jacques, la logistique à l'Hôtel-Dieu. Des agents de l'hôpital Nord sont également rentrés dans le mouvement. La directrice du CHU Christiane Coudrier rappelle que le dialogue est toujours possible sur la base du plan de retour à l'équilibre présenté en juin. Sauf que les trois syndicats, justement, remettent en cause les bases mêmes de ce retour à l'emploi.


Des syndicats toujours divisés


La CFDT, syndicat majoritaire au CHU, ne suit pas, à ce jour le mouvement de grève des trois autres syndicats, reconduit jusqu'à jeudi. Mais ne commence pas, non plus, à négocier. Comment alors sortir de cette impasse ? «J'espère que nous allons avancer dans la voie du dialogue », ne pouvait que répéter Christiane Coudrier lundi. La balle est dans le camp de la CFDT pour la suite du conflit : durcissement ou ouverture de négociations ?

Élisabeth BUREAU.

 

 

Article publié le mardi 15 septembre 2009 sur le site ouest-france.fr

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-CHU-la-direction-retablit-les-livraisons-_44109-avd-20090915-56764328_actuLocale.Htm

 


CHU de Nantes-44
les syndicats votent la grève

vendredi 11 septembre 2009


 

Après avoir bloqué les livraisons de l'hôpital Saint-Jacques, des salariés ont voté la grève. Ils dénoncent la perte de leurs acquis.

 

 


Elle s'est levée à 5 h pour bloquer les entrées et sorties de camions de l'hôpital Saint-Jacques à Nantes, au sud de la Loire. « Dans ce métier, on est habitué à se lever tôt », sourit cet agent de service en blanchisserie, qui travaille ici depuis dix-huit ans. « On perd progressivement nos acquis », souffle-t-elle.


Elle a répondu, hier, à l'appel des syndicats Sud et FO. « Une quarantaine de salariés se relaient ce jeudi pour bloquer les livraisons, expliquent Emmanuel Enouf, de Sud, et Sylvie Moisan de FO. Bien sûr, les produits urgents passent : médicaments, sang, nourriture etc. Mais tout ce qui peut être différé est bloqué. » Leurs revendications ? « Non à la suppression de quatre jours de congé ; non au ralentissement de l'évolution de carrière ; non, enfin, à l'individualisation des rémunérations. »


Plus tard dans la journée, en début d'après-midi, près de 200 personnes des services techniques, logistiques et soignants se sont réunies en assemblée générale à Hôtel-Dieu. La CGT, Sud et FO ont voté la grève « pour une durée indéterminée ». « On sent que les salariés ont envie de se faire entendre. Quelque chose est en train de s'enclencher », constate Marie-Béatrice Taunay, secrétaire générale de la CGT. Sud et FO espèrent « l'élargissement de la mobilisation ».


« On a connu des perturbations importantes. Ça a handicapé le fonctionnement logistique, reconnaît Ariane Besnard, directrice des ressources humaines du CHU. On a reçu les syndicats mercredi. Ils ont refusé l'accord de méthodes que l'on a proposé. Mais nous restons ouverts à toute reprise de dialogue. » Pour la direction, « la mobilisation est faible, elle ne touche que 5 % du personnel ». Une nouvelle assemblée générale est prévue ce vendredi, à 14 h, à Hôtel-Dieu.

 

Article publié le vendredi 11 septembre 2009 sur le site ouest-france.fr

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-CHU-les-syndicats-votent-la-greve-_44109-avd-20090911-56739839_actuLocale.Htm

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article