Amiens (80)-Goodyear: la direction met la pression, la CGT de la combativité.

Publié le par sphab/cgt & associés

Amiens (80)

Goodyear: la direction met la pression, la CGT de la combativité

Hier (lundi 5 septembre 2011), Goodyear a menacé: si elle ne liquide pas le tourisme avant le 30 novembre, Titan retire son offre pour l'agraire ce qui pourrait condamner l'ensemble de l'usine.

 

 

 110906-cp.fr-MICKAEL-WANNEN.jpg

Mickaël Wamen, délégué syndical Goodyear Amiens Nord

et Fiodor Rilov, avocat de la CGT (Photos FRED HASLIN). 


Le fossé s'est encore creusé entre la direction de Goodyear et la CGT, majoritaire à Amiens nord. Le syndicat, depuis près de quatre ans, fait capoter en justice le plan social voulu par Goodyear. Plan prévoyant la fermeture à Amiens nord de la production de pneus tourisme, soit 817 emplois, avant la vente de l'agraire à Titan.


Hier, la direction a organisé une conférence de presse. De nouveau, elle a présenté son plan et tenté de rassurer sur l'avenir du site version Titan et sur la limitation de la casse sociale assurée par Goodyear.

 

 

 

 

Un avenir «inéluctable», envisagé de façon « responsable» avec des licenciements secs réduits à 300, «sur lesquels nous travaillonset qui reste une situation pénible», dit Henri Dumortier directeur général de Goodyear Dunlop Tires France.


Les mots sont choisis, l'approche soignée. Sur ce point. Pour le reste, Goodyear a tenté un coup: mettre la pression sur la CGT, sans la citer, quitte à lui faire porter le chapeau d'une fin de toute l'usine et de ses 1300 emplois. «Titan a fixé au 30novembre la date limite de son offre de rachat de l'agraire. Peu de temps pour faire aboutir la procédure d'information et de consultation. Ils (Titan) n'iront pas au delà. Passée cette date, il y a un risque sur l'ensemble de l'usine», ajoute le directeur.


La CGT allait-elle accepter hier, ce qu'elle contre depuis quatre ans ? Direction l'Union locale de la CGT rue Frédéric-Petit pour une autre conférence de presse, devant les mêmes médias, locaux et nationaux.

 

 

La réponse fuse: un «non» accompagné d'une nouvelle salve de répliques sur le plan juridique. Car plus le temps passe, plus Goodyear, puis Titan lui-même, tentent de convaincre de leurs bonnes intentions, plus la CGT dessine un tout autre scénario.


«Un plan pour la fin de l'usine d'Amiens nord et des 1300 salariés», lance Mickaël Wamen, délégué CGT remonté comme aux premiers jours de lutte. Titan achète l'activité agraire de Goodyear sur le globe. Pour la CGT, dans le deal, et peut-être contre ristourne, Goodyear - qui ne veut plus du tourisme à Amiens nord - demanderait donc à Titan de faire le ménage.

Une date critique

Comment? En lui demandant de poser une condition à sa reprise: la fermeture du tourisme dont Goodyear n'a de cesse de vanter les mauvais chiffres du pneu à faible valeur ajoutée, «fabriqué ici et dont le marché s'effondre. On perd 3,30€ à chaque pneu vendu. Amiens nord perd 15millions d'euros par an. Alors pointer les 40millions de dollars de profits que le groupe réalise... Ce n'est pas si astronomique que cela» argumente Henri Dumortier.


Il rappelle aussi que Goodyear Amiens n'a pas signé le rythme 4X8. «qui conditionnait le regroupement de Goodyear et Dunlop et un i nvestissement de 52millions».


Relancer le tourisme n'est-il pas envisageable après quatre ans de blocage? «Il s'agit d'un choix stratégique du groupe mondial Goodyear». Ce qui ne surprend pas Mickaël Wamen, «Ils veulent nous le faire payer! On peut sortir une grosse production à Amiens avec une capacité d'homologation en haute valeur ajoutée!»


Hier, Henri Dumortier a lancé un appel rejetépar la CGT: «j'invite les syndicats à assister aux réunions pour avoir les informations. Je suis incapable de dire ce que sera le 1erdécembre. Cela risque d'être dramatique ».


DAVID VANDEVOORDE


 

 


source: http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Goodyear-la-direction-met-la-pression-la-CGT-de-la-combativite

Commenter cet article