Congrès CGT-l'opposition à Thibault revendique sa "crédibilité"

Publié le par sphab/cgt & associés

SYNDICATS

Congrès CGT: l'opposition à Thibault revendique sa «crédibilité»


Le Nordiste Jean-Pierre Delannoy a revendiqué ce mercredi la «crédibilité» du mouvement qu'il incarne contre la direction de l'organisation.


Au cours d'une rencontre avec la presse à Paris ce midi, à six semaines du congrès de la CGT à Nantes, le responsable de la métallurgie du Nord-Pas-de-Calais s'est abstenu de se déclarer explicitement candidat au poste de secrétaire général de la CGT face au sortant Bernard Thibault, ne figurant pas, comme l'exigent les statuts, sur la liste des postulants à la Commission exécutive (CE) du syndicat.


« Je me présente devant l'ensemble des syndiqués », dans le cadre des débats du congrès afin de « fédérer le mécontentement qui existe au sein de notre organisation syndicale », a déclaré Jean-Pierre Delannoy, entouré du délégué syndical CGT de Renault-Douai Gérard Six et du délégué syndical central de Schindler Robert Pelletier.


Il a précisé qu'un texte sur les orientations de fond de la CGT allait « être soumis très rapidement à tous les syndicats » de la CGT, par un collectif qui sera « très bien étoffé » d'ici « la fin de la semaine ». L'animeront des syndiqués venus, au moins, d'« une douzaine de fédérations ».


Une rencontre prévue à Valenciennes


« Notre crédibilité se vérifiera également » par l'organisation d'ici la mi-novembre de rencontres avec des militants CGT hostiles à l'orientation confédérale à Lyon, Valenciennes, puis Toulouse, a assuré Jean-Pierre Delannoy. Le collectif ambitionne « d'avoir un rayonnement interrégional et interprofessionnel », tout en admettant qu'aucun des candidats à la Commission exécutive n'est issu de ses rangs.


Le responsable CGT a critiqué « une direction qui semble avoir renoncé au combat contre le capital et se fourvoie dans une démarche d'accompagnement du système capitaliste pour adoucir les coups portés ». A ses yeux, la CGT doit « redevenir un outil de lutte, (...) une organisation de classe » et « ne pas sombrer dans une forme d'institution ». Jean-Pierre Delannoy a fait allusion à des voix dissonantes au sein de la CGT, telle celle du leader CGT de Continental-Clairoix Xavier Mathieu, qu'il a dit rencontrer régulièrement. « La base essaie de s'exprimer et ce que nous proposons, c'est l'expression de la base », a-t-il affirmé.


Il a justifié la médiatisation des débats internes par le fait qu'au congrès de Lille en 2006, « aucune de nos demandes d'intervention (à la tribune) n'a été acceptée ».

 

 



Publié le mercredi 28 octobre 2009 à 17h22 sur le site nordeclair.fr

http://www.nordeclair.fr/Actualite/Depeches/2009/10/28/cgt-delannoy-thibault-congres-nantes.shtml

 

 

 

 


Publié dans cgt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article