Guémené(56)-Déclaration des élu(e)s CGT au Comité Technique de l'Hôpital Alfred Brard

Publié le par sphab/cgt & associés

Déclaration des élu(e)s CGT

au CTE de l’Hôpital Local Alfred Brard

 

 siteon0-c707d.gif

 

 

Nous sommes 

les élu(e)s du personnel

Nous entendons être respecté(e)s

 

 

Avec le Directeur ce n’est pas le cas depuis plusieurs séances.Nous refusons de siéger sous sa présidence.

 

 

Une atmosphère de plus en plus lourde

 

 

Depuis plusieurs séances l’atmosphère devenait plus lourde. Le Directeur actuel oubliant que sa mission de Président est d’assurer la bonne tenue de la séance et l’expression la plus libre et la plus complète des représentants élus du personnel.

 

Ainsi :

- il contestait à la secrétaire du CTE la responsabilité de la rédaction du Procès-verbal au mépris des dispositions du règlement intérieur qu’il avait contresigné ;

-il  refusait de soumettre les PV des séances à l’adoption par le CTE,

-il avait osé demander la modification de rédaction d’un avis adopté par le CTE,

-il avait retiré l’assistance technique pourtant mentionnée au règlement intérieur.

-il persistait à refuser de donner un tableau des effectifs convenablement renseigné.

 

Le Directeur-Président présentait des exigences, donnait des ordres, comme si les élu(e)s du personnel étaient ses subordonné(e)s.

 

La goutte qui fait déborder le vase

 

La dernière séance du CTE en date du 9 décembre 2010 a contraint les élus CGT a quitté la séance, le Directeur-Président  dépassant les bornes une nouvelle fois de la simple bienséance.

 

Le CTE était convoqué à 9 heures 30. Il fait annoncer par la Directrice adjointe qu’il arrivera  vers 9 heures 40. Il fera son entrée à 9 heures 55. Avant de s’installer bruyamment à sa place, il met non moins bruyamment en charge son téléphone portable. Aucune excuse n’est présentée à l’Assemblée des élus qui a commencé ses travaux sous la présidence de la Directrice-adjointe depuis plus de vingt minutes.

 

Le CTE unanime (CGT & FO) adopte un vœu concernant les décisions modificatives de l’EPRD (=budget).

 

« Le CTE… constate et déplore l’absence d’un document littéral clair précisant les raisons de ces décisions modificatives et les motivations qui ont poussé l’administration à faire tel choix plutôt que tel autre, l’absence une fois de plus d’un tableau des effectifs prévisionnels rémunérés correctement renseigné annexé à ces DM. Le CTE souhaite que l’ Administration entende enfin la légitime demande de la représentation du personnel. »

 

Immédiatement le Directeur-Président se donne la parole pour indiquer que les décisions budgétaires ne font plus l’objet d’un vote du CTE. Les élu(e)s lui rappellent que si les décisions budgétaires ne sont plus soumises à l’avis du CTE, celui-ci peut émettre un vœu sur ces décisions, ce qu’il a fait.

 

Le CTE unanime adopte par 7 voix /7 le Procès-verbal de la séance précédente sous réserve que soit retirée une phrase que n’a pas prononcée le Directeur.

 

Puis arrive la discussion sur le Plan de formation continue 2011. Les élus CGT avaient déjà interpellé la Directrice-adjointe en commission formation notamment sur la baisse du budget formation au fil des ans. Faute d’obtenir une réponse satisfaisante les élus CGT avaient rédigé une proposition d’avis dont la secrétaire du CTE a donné lecture.

 

« Le CTE… constate une baisse du budget prévisionnel consacré au plan de formation. Compte-tenu que celui-ci est calculé par rapport à la masse salariale brute, le CTE se demande si cela ne signifie pas un gel d’emplois.

Il constate également que ce plan de formation 2011 ne propose pas de promotions professionnelles suffisantes compte-tenu des besoins des services.

Le CTE ne peut émettre un avis favorable à ce plan de formation 2011. »

 

Le Directeur-Président du CTE refuse de soumettre au vote  l’avis motivé proposé par les élu(e)s CGT, prétendant que la réglementation exige que le CTE se prononce par « pour » ou « contre ». Le vote se déroule donc comme  l’impose le Directeur-Président : « pour » 1 voix, « contre » 0 voix.  Les élu(e)s CGT ne participent pas au vote. Le Président insulte un élu en le qualifiant de dictateur.

 

Les élu(e)s CGT quittent la séance.

 

Puis le vase est renversé

 

Quelques jours plus tard par deux courriers des 13 et 15 décembre 2010, le Directeur-Président du CTE s’adresse à la Secrétaire du CTE.

 

Non content d’avoir empêcher les élus du personnel de donner un avis motivé  sur le Plan de formation , le Directeur-Président prétend qu’un élu CGT « a délibérément fait obstruction au vote sur un point régulièrement inscrit à l’ordre du jour en prétendant imposer à la place un vote sur une motion sortie de nulle part »

 

Plus loin il appelle les élu(e)s CGT à ne pas voter en conformité avec les engagements pris devant le personnel ! Pour faciliter l’expression de ceux qui au sein du CTE « ont a cœur de faire avancer les projets de l’établissement (…) les votes se dérouleront à bulletin secret »

 

Enfin  il annonce qu’il opérera des retenues de salaire pour tous les élus qui quitteront la séance avant qu’elle ne soit terminée.

 

Nous ne siégerons plus au CTE

sous la Présidence de l’actuel Directeur,

 

Nous regrettons vivement que l’unique élue FO ait

renoncé à l’action commune avec les élu(e)s CGT.

 

 


source: Les élu(e)s CGT au CTE De l'Hôpital de Guémené (56) - le 10/03/2011

Pour en savoir plus sur l'Hôpital et la MAS de Guémené -sur-Scorff (56): cliquez ci-dessous



Pour exprimer votre solidarité aux personnels de l'Hôpital et de la MAS de Guémené: signez la pétition adressée au ministre:
 



Commenter cet article