Hénansal (22)-Handicap. Cloé privée d'assistante de vie scolaire

Publié le par sphab/cgt & associés

Hénansal (22)

Handicap. Cloé privée d'assistante de vie scolaire

 

En septembre, Cloé Bourdais, handicapée, effectuait sa rentrée normalement, grâce à une auxiliaire de vie scolaire. Mais cette aide individuelle lui a été retirée. Ses parents sont décidés à se battre. [Vidéo]


111015-HENANSAL-22.jpg

 

 

«Cloé est en CE1, scolarisée à Hénanbihen. Elle a fait sa rentrée avec une auxiliaire de vie scolaire. Elles s'entendent très bien toutes les deux», raconte Carole Bourdais-Savé, sa maman. Seulement, la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) des Côtes-d'Armora rejeté dernièrement l'aide individuelle par une AVS. «Le 13septembre tout allait bien. Après la réunion avec l'équipe chargée du suivi à la scolarisation (enseignant, directeur, psychologue scolaire, inspecteur d'académie), nous étions contents. Mais aujourd'hui, c'est officiel, l'AVS n'est plus acceptée et on nous propose de mettre notre enfant dans un institut d'éducation motrice! Ce n'est pas ce que nous désirons pour elle». Loïc Bourdais, le papa, est en colère: «Qu'est-ce qu'ils veulent? Que notre enfant soit dans une autre maison? Qu'elle parte le lundi et rentre le vendredi soir? C'est sûr, ce serait plus facile pour nous. Mais nous ne voulons pas de cela. Nous souhaitons qu'elle continue à être intégrée et qu'elle soit scolarisée en milieu ordinaire». Carole ajoute: «Nous constatons que notre fille est heureuse et c'est ce que nous recherchons». Leur maison familiale de Philipportes, à Hénansal, est dotée d'une salle de motricité et d'éveil. Toute une chaîne de solidarité a été mise en marche pour aider la petite fille.

Des bénévoles

Cloé, qui a dix ans maintenant, est soutenue par une équipe d'une cinquantaine de bénévoles, au travers d'une association qui porte son nom, fondée en 2004. Sans la mobilisation de l'association, Cloé et Eliot (le petit frère de Cloé, âgé de deux ans et demi et lui aussi handicapé) ne pourraient pas suivre différentes thérapies (Essentis à Barcelone, Medek auHavre, Neurofeedback, Devenir à Toulouse) car elles ne sont pas prises en charge par les organismes sociaux. L'association aide également d'autres enfants par le biais de différentes manifestations.

La création d'une Clis demandée

«La défense des droits de notre fille Cloé et la "préparation" de l'avenir de notre fils Eliot sont le combat de notre vie. Nous voulons aussi que cette situation intenable contribue à la défense des autres enfants handicapés». Les parents de Cloé souhaitent la création d'une Clis 4 (classe d'intégration) qui n'existe pas dans le département. Ils invitent les parents concernés à se mobiliser avec eux. En attendant, les parents entament une procédure de conciliation. Contact k.rol@bbox.fr

 

Armelle Thébault

 

 

 

 


source: letelegramme.com (samedi 15 octobre 2011)



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article