Honte à eux-Halte à l'acharnement antisyndical

Publié le par sphab/cgt & associés

Union Locale des Syndicats CGT

d'Hérouville-Saint Clair & des communes environnantes

1018 quartier du Grand Parc 14200 Hérouville-St Clair -Tel/Fax:02.31.95.75.24

 

 

 

siteon0-c707d.gif

 

 

HONTE à EUX !

HALTE à l’acharnement antisyndical

 

 

Depuis le 1er décembre 2010 notre camarade Rémi Aillaud, secrétaire administratif (agent de catégorie B de la Fonction publique) à l’Agence Régionale de Santé de Basse-Normandie est, par arrêté du Ministre Roselyne Bachelot-Narquin, exclu des fonctions, et donc du service, pendant un an dont 6 avec sursis. C’est une mise à pied très lourde de six mois sans rémunération et primes, sans droit à l’assurance chômage (ce droit n’existe pas pour les fonctionnaires), sans droit au Revenu de Solidarité Active (idem). Il ne dispose pas de fortune ou d’épargne personnelle. Trouver un travail pour six mois avec son cursus et son âge est mission impossible. Le directeur qui a demandé cette sanction (Monsieur Magda J., ancien directeur de la DRASS) et l’a obtenue souhaite sa mort sociale. C’est pire qu’un licenciement.


Cette sanction serait infligée, selon l’arrêté, pour appel à la désobéissance du Personnel (au moment de la mise en place de la RGPP, de la loi Bachelot et des ARS), pour atteinte au droit de réserve et harcèlement du directeur et de ses proches collaborateurs !


Or notre camarade a bénéficié d’un classement sans suite de la part du Procureur de la République pour le prétendu harcèlement et de trois décisions de la justice administrative annulant la sanction initiale résultant du Conseil de discipline du 12 février 2010. Le nouvel arrêté est tout aussi illégal que le premier.


En fait Rémi est l’objet d’un montage avec, en son cœur, une cabale de 7 personnes. Il est à noter que depuis son arrivée à la DRASS de Basse-Normandie, dès la création du syndicat CGT, sauf périodes d’accalmie liée à la personnalité des directeurs, il a été la cible d’un dénigrement personnel de même que le syndicat dans son ensemble. Surtout quand le syndicat se développait et accroissait son influence électorale. Il n’a fait l’objet d’aucune promotion depuis son entrée dans ce Ministère en 1986 !

 

110104-OF.fr-MISE-A-PIED-MAINTENUE-POUR-REMI-AILLAUD.jpgRassemblement lors du 2ème référé-le 3 janvier 2011

Lors de l’audience du 2ème référé suspension le juge des référés a pu entendre, sans réagir, la représentante de l’Administration affirmer avec mépris que le Procureur de la République ne comptait pas et que le Ministère avait à s’en plaindre pour des classements sans suite sur des dossiers professionnels. Sans que le magistrat présent ne dise mot !

Mais nous avons aussi entendu le juge des référés dire que s’il persistait à siéger pour cette affaire il pourrait faire l’objet de suspicion…Pour une procédure écrite voilà beaucoup de paroles…


Faut-il faire confiance à une justice si proche des autorités administratives locales ?


Est-ce pour cette raison que le juge des référés a, le 3 janvier 2011, malgré le rassemblement de soutien de la CGT, refusé la suspension de la sanction et a considéré la décision comme « légale » en attendant le jugement sur le fond ?

 

 

Ça suffit !

 

 

 

 ARS, RGPP : BACHELOT MET A PIED UN MILITANT CGT

Prolongeons notre solidarité à un moment où tant de militants sont ciblés !


La vraie raison : la lutte menée contre le démantèlement de l’Etat Républicain au ministère de la Santé par la création des Agences Régionales de Santé et la Révision Générale des Politiques Publiques qui se traduisent notamment par la disparition des DRASS et des DDASS. Les luttes menées localement pour la défense des intérêts collectifs du personnel, pour le maintien des  garanties statutaires, contre l’entassement de 350 personnes dans un bâtiment prévu pour 200, contre la disparition des locaux syndicaux.

 

Le but de cette sanction : décapiter le syndicat pendant la période de mise en place des restructurations administratives et immobilières.

 

L’Union Départementale du Calvados, l’Union Locale d’Hérouville St Clair et le Syndicat CGT de l’ARS appellent à la  solidarité morale, financière et politique autour de notre camarade Rémi

L’UGFF entend saisir le Ministère de la Santé et médiatiser

 

Vous pouvez envoyer vos dons à:
Union locale CGT d'Hérouville
Maison des Associations

 1018 Quartier du grand parc
 14200 HEROUVILLE SAINT CLAIR
 
 chèque libellé à l'ordre de
UL HEROUVILLE SOLIDARITÉ REMI

un état financier dressé vous sera communiqué à la demande.
 L'UGFF aura un bilan régulier des rentrée financières

 

 

 

 


source: frontsyndical-classe.org (vendredi 6 mai 2011)


Commenter cet article