Hôpital H. Mondor (94-Créteil)-Un sursis pour la chirurgie cardiaque

Publié le par sphab/cgt & associés

Hôpital Henri Mondor (Créteil-94)

un sursis pour la chirurgie cardiaque

A la veille d’une nouvelle mobilisation pour défendre le service phare de l’hôpital de Créteil menacé,Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, a annoncé hier geler la décision de l’AP-HP.

 

110505-LP-HENRI-MONDOR.jpg

 

Ils devaient crier leur colère, ce matin (jeudi 5 mai 2011)), sous les fenêtres de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) à Paris. Mais la mobilisation des défenseurs du service de chirurgie cardiaque de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil devrait tourner à la fête. Hier, le ministre de la Santé a annoncé en réponse à une question posée à l’Assemblée nationale par le député-maire UMP de Maisons-Alfort Michel Herbillon « suspendre l’orientation de l’AP-HP » qui était de « proposer la fermeture » du service phare de Mondor.

 

Dans le cadre d’une réorganisation de la filière de la chirurgie cardiaque, la tutelle, l’agence régionale de santé, avait demandé aux Hôpitaux de Paris de choisir quel plateau chirurgical sur les quatre (entre celui de Mondor, Bichat, la Pitié-Salpêtrière, Georges-Pompidou) cesserait son activité. La décision devait tomber en juin. « C’est une excellente nouvelle, se réjouit Jean-Marc Duvauchelle, du syndicat SUD-Santé. Mais nous maintenons la mobilisation et attendons la confirmation de la part de l’AP-HP. »

 

Depuis des mois, élus de toutes sensibilités, hospitaliers, universitaires, syndicalistes, habitants manifestaient, pétitionnaient et saisissaient à grand renfort de courriers toutes les autorités pour dénoncer « une injustice ». Hier, la satisfaction était unanime. « C’est une très bonne nouvelle, se félicite Michel Herbillon. C’est le résultat du combat que nous avons mené. Cela redonne espoir. » Même enthousiasme du côté du député-maire PS de Créteil. « C’est la mobilisation de tous qui a permis d’obtenir ce moratoire, souligne Laurent Cathala. Mais nous devons rester vigilants. » Au conseil général qui a lancé comme dernière action des cartes-pétition auprès de la population — déjà 16000 réponses en quelques semaines —, la prudence est aussi de mise. « Suspension ne veut pas dire renoncement, ajoute le président PC Christian Favier. Il faut obtenir l’assurance du maintien du service. »


Dans sa réponse hier, le ministre de la Santé a également annoncé missionner l’Igas (l’Inspection générale des affaires sanitaires) pour « voir exactement de façon totalement indépendante toute la question de la filière cardiologique, notamment sur l’AP-HP parce que j’ai bien conscience aussi que nous devons regarder l’historique de ce service et l’évolution de ce service. » De quoi satisfaire totalement la communauté médicale de Mondor. D’ailleurs, les cardiologues n’avaient de cesse de réclamer pareil audit.« C’est ce que l’AP-HP aurait dû faire, réagit, ravi, le professeur Couëtil, chef de la chirurgie cardiaque à Mondor. Les chiffres vont montrer la réalité de ce qui se passe. »


La décision de fermer le plateau de Mondor s’appuyait sur les chiffres d’activité du temps du précédent chef de service, le professeur Loisance, aujourd’hui accusé par tous, à chaque manifestation, d’avoir mis en difficulté le service. Ce dernier, consultant désormais à la Pitié-Salpêtrière — hôpital qui devait, d’après les défenseurs de Mondor, profiter de la fermeture du service de Créteil — n’a pas souhaité faire de commentaire.


« Les difficultés de Créteil ne sont pas liées à ma personne », s’est-il borné à répondre. Selon l’équipe en place, en vingt et un mois, seulement 21 opérations avaient été réalisées sous sa direction et une dizaine de transplantations par an. Depuis janvier, l’équipe du professeur Couëtil, malgré son « sous-effectif », détient à son compte 13 transplantations. « Nous atteindrons la trentaine à la fin de l’année, promet le chef de service. Les patients sont là. »

 

Agnès VIVES

 

 


source: leparisien.com  ( 5 mai 2011)


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article