Hopital Henri Mondor (94-Créteil) -La Chirurgie cardiaque maintenue

Publié le par sphab/cgt & associés

Hôpital Henri Mondor (94-Créteil)

La chirurgie cardiaque maintenue 

Le ministre de la Santé a annoncé hier la suspension de la fermeture de ce service du CHU de Créteil (Val-de-Marne).

 

110222-HENRI-MONDOR.JPGRassemblement pour la défense de la chirurgie cardiaque-février 2011

 

«On est vraiment surpris. On ne s’attendait pas à ça. » Secrétaire adjoint du syndicat SUD santé de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), Jean-Marc Devauchelle attendait hier soir une confirmation de sa direction pour croire à la suspension de la fermeture du service de chirurgie cardiaque. C’est pourtant le ministre de la Santé en personne, Xavier Bertrand, qui l’a annoncée hier après-midi à l’Assemblée nationale. Il a également évoqué l’ouverture prochaine d’une enquête de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), sur l’activité réelle de ce service voué à la fermeture en juin prochain, au regard du schéma régional d’organisation des soins voté en juillet dernier à l’initiative de l’agence régionale de santé d’Île-de-France. « Si ça se confirme, c’est quand même un grand pas en avant », poursuit le délégué SUD santé, soulignant l’importance de « la mobilisation des élus, des usagers, de la communauté médicale et universitaire ». Il faut dire que la fermeture envisagée de ce service avait déclenché une véritable levée de boucliers notamment parmi les élus, toutes tendances confondues.


Pour Olivier Cammas, de l’Usap-CGT, le fait que cette annonce soit faite la veille d’un rassemblement du Collectif de défense d’Henri-Mondor devant le siège de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, où une délégation doit être reçue par la directrice, ne doit rien au hasard : « La direction est sous pression. » Mais comme le souligne Rose-May Rousseau, secrétaire générale de la CGT de l’AP-HP, « la direction ne doit pas s’en sortir comme ça ». « C’est bien d’annoncer le maintien de la chirurgie cardiaque, mais si on dépouille les structures qui la font fonctionner, quel intérêt ? » s’interroge-t-elle, faisant allusion aux menaces pesant sur plusieurs hôpitaux de longs séjours du même groupe hospitalier. Aujourd’hui, le collectif exigera de Mireille Faugère qu’elle « s’engage sur le maintien de la chirurgie cardiaque d’Henri-Mondor ».


Le diktat de l’administration


Quatre établissements au sein de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP) étaient autorisés jusque-là à pratiquer la chirurgie cardiaque. Dans un souci de rationalisation des soins et des moyens, l’agence régionale de santé a décidé de réduire 
le nombre de ces autorisations à trois. De son côté, l’AP-HP 
a estimé qu’au regard de son faible niveau d’activité, le service d’Henri-Mondor devait fermer, ce qui a suscité de vives réactions.


Alexandra Chaignon

 

 

 


source: humanite.fr (jeudi 5 mai 2011)
Autres articles sur le même sujet:

Hôpital H. Mondor (94-Créteil)-Un sursis pour la chirurgie cardiaque (06/05/2011)

Créteil (94)-La chirurgie cardiaque au cœur d’une mobilisation générale (19/03/2011 )

 

 

Commenter cet article