Intervention de Mireille CHESSA, Secrétaire générale de l'Union départementale CGT des Bouches-du-Rhône au mmeting unitaire du 16 octobre à Marseille

Publié le par sphab/cgt & associés

Intervention de Mireille CHESSA, Secrétaire Générale de l’Union Départementale CGT des Bouches-du-Rhône, lors du meeting unitaire du 16 octobre 2010 au Vieux Port à Marseille

 101016-MARSEILLE-6.jpg

 

 

 

Mesdames, messieurs, Chers amis et camarades


Que de progrès accomplis dans l’élévation du rapport de force depuis le 2 octobre, lors de la tenue du meeting syndical unitaire en ce même lieu.


L’action s’est élargie, les coups de forces du gouvernement ont tous été déjoué par le monde du travail.


Des grèves reconductibles sont engagées dans le pays et dans notre département la CGT a beaucoup œuvré pour les ancrer dans chaque entreprise, et particulièrement dans les secteurs clefs de l’économie, mais aussi dans les administrations et les services de l’état.


Toutes les raffineries sont à l’arrêt dans le pays.

Les transports sont touchés (SNCF – TU), les ports sont quasi à l’arrêt avec les agents des ports, les marins, les dockers.


Les actions se multiplient pour bloquer les dépôts de pétroles, ou autres cibles économiques stratégiques. L’aéroport Marseille-Marignane connaît des grosses perturbations. Les centrales énergétiques sont presque toutes à l’arrêt dans le pays.


Les jeunes ont envahi les rues, apportant leur angoisse par rapport à l’emploi, à la durée de vie au travail. Alors que le ministre du travail récite en boucle « cette réforme est faite pour les jeunes », par milliers ils envahissent les rues en criant justice contre cette réforme.


Après les femmes pour lesquelles il a menti, il ment aux jeunes.

Notons au passage que c’est le même gouvernement qui reconnait qu’à 13 ans, un jeune est pénalement responsable, et à 16 ans les jugent irresponsables lorsqu’ils revendiquent un avenir.


Cela fait beaucoup, pour justifier une réforme inique.

Face à l’air de révolte qui souffle sur le pays, le gouvernement doit céder. Les déclarations locales de haine de la part des sénateurs UMP doivent cesser.


Les opérations mensongères de l’UPE 13 concernant le port, pilotés par l’Elysée n’entamerons pas la détermination et la colère qui gronde, au contraire elle les alimente.

Nous déplorons d’ailleurs qu’elles trouvent un certain écho auprès d’élus du département.


L’heure est au rassemblement de toutes les forces vives du pays, pas à tenter de jeter le discrédit sur une organisation syndicale comme la CGT.


La répression serait elle la dernière cartouche du président de la république ?


A l’instar du maire de Marseille, qui remet en cause le droit syndical pour tenter de stopper une grève qui prend corps et soutenir son ami Sarkosy.


Peut-être, mais nous ne lâcherons rien ! Ce à quoi le gouvernement est confronté, c’est une toile d’araignée qui se tisse avec de plus en plus de foyers de résistances massifs et déterminés.


Oui la grève est en train de se généraliser. Elle n’a été décrétée par aucun secrétaire générale de confédération, mais elle est votée par des milliers de salariés, entreprise par entreprise et démocratiquement.


Et dans le département des Bouches du Rhône, c’est aussi le cas.


La confiance est dans le camp du monde du travail, rejoint par la jeunesse.


« Nous sommes tout », comme le dit l’Internationale.

vive les travailleurs.


Et rendez-vous le Mardi 19 pour un nouveau temps fort de grève et de manifestation, comme d’habitude 10h30 au Vieux Port.

 

 


source: ud-cgt-13
     

Commenter cet article