La dette publique, une affaire rentable.A qui profite-t-elle ?

Publié le par sphab/cgt & associés

La dette publique,

une affaire rentable !

À qui profite-t-elle ?

 

 

« Il fut un temps où le rôle de la Banque de France était de financer le Trésor Public, c’est-à-dire de créer la monnaie nécessaire au développement du pays (écoles, routes, hôpitaux, ponts, ports, etc.). Mais depuis 1973, la Banque de France a abandonné son rôle de service public et l’État a ainsi transféré son droit régalien de création monétaire sur le système bancaire privé...qui prête, mais avec intérêt ! Ainsi entre le début des années 1980 et la fin 2006, nous avons payé 1142 milliards d’euros d’intérêts, soit plus que le montant de la dette que l’État a contracté dans la même période, soit 913 milliards. En d’autres termes, si nous n’avions pas eu à payer ces 1142 milliards d’intérêts, nous n’aurions pas eu à emprunter 913 milliards d’euros, et nous aurions pu également rembourser les 229 milliards d’euros de dette publique de 1980. La dette n’existe que parce que nous empruntons à des investisseurs institutionnels (assurances, banques, etc) qui s’engraissent sur notre dos !  » [1]


Le banquier Michel Pébereau, actuellement patron le plus influent de France, était conseiller technique auprès du ministre de l’économie et des finances, Valéry Giscard d’Estaing, lors de la promulgation de la loi déterminante du 3 janvier 1973.

 

[1] Extrait de la note de lecture n°28 du groupe République ! : http://www.le-groupe-republique.fr/

 

 

 

 


source: http://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article311


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article