"La fermeture des petits services de chirurgie serait une catastrophe"

Publié le par sphab/cgt & associés

"La fermeture des petits services de chirurgie serait une catastrophe" 

 

 

-manque-de-pratique-des-chirurgiens-des.jpg

Le manque de pratique des chirurgiens des petits hôpitaux de proximité est l'argument mis en avant pour soutenir

la fermeture des blocs opératoires, au nom "du meilleur soin offert au patient".

 

 

Les hôpitaux français dont les services de chirurgie opérent moins de 1 500 personnes par an sont menacés de fermeture. L'information, publiée le 4 juillet dans le Journal du dimanche, a suscité indignation et inquiétudes parmi les défenseurs des hôpitaux de proximité.

 

L'hebdomadaire a publié une liste de 54 établissements dont le bloc opératoire serait menacé. Beaucoup se concentrent le long d'une diagonale des Ardennes à l'Ariège avec plusieurs hôpitaux de la région Midi-Pyrénées (dont ceux de Decazeville, Saint-Girons ou Figeac) ou de l'Auvergne (dont ceux d'Issoire et Thiers). Mais plusieurs sont également concernés en Bretagne et en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Mais cette liste est sujette à caution. Outre le fait qu'elle n'ait pas été confirmée par le ministère de la santé, elle ne semble pas à jour. Plusieurs hôpitaux y figurant ont déjà vu fermer leur service de chirurgie (comme Valréas dans le Vaucluse, Lavaur dans le Tarn ou l'hôpital de Saint-André-Saint Benoit de La Réunion). 

 

"CROYEZ-VOUS QUE LES GRANDS PONTES OPÈRENT BEAUCOUP ?"

 

Le projet, lui, est par contre bien réel. Le ministère de la santé a confirmé dimanche qu'il préparait des décrets instaurant ces quotas de 1 500 opérations chirurgicales pour fin juillet-début août. Les syndicats, en bloc, dénoncent ce critère du chiffre. "C'est un critère arbitraire qui ne dit pas grand chose de l'offre réel de soin sur le territoire concerné, estime ainsi Nathalie Canieux, secrétaire général de la fédération santé sociaux à la CFDT.Y'a-t-il un chirurgien qui pratique 1 500 opérations par an ? Auquel cas il pratique beaucoup. Y'a-t-il 50 chirurgiens ? Auquel cas, ils pratiquent peu".

 

Le manque de pratique des chirurgiens des petits hôpitaux de proximité est pourtant l'argument mis en avant par Jean Leonetti, président de la Fédération hospitalière de France et vice-président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, pour soutenir la fermeture des blocs opératoires, au nom "du meilleur soin offert au patient". "Lorsque les médecins opèrent peu, le geste est moins sûr. Les statistiques des sociétés savantes sont implacables", dit-il au JDD.

 

"Croyez-vous que les grands pontes parisiens que vous voyez régulièrement dans les médias opèrent beaucoup ?, rétorque Philippe Crépel, secrétaire fédéral de la CGT santé. Et pourtant personne ne dénonce le risque pour les patients".

 

"A Saint-Girons, le chirurgien ne fait pas ses 1 500 opérations. Par contre, ce que ne dit pas ce chiffre, c'est que justement pour ne pas manquer de pratique, il opère un jour par semaine au CHU à Toulouse", explique Nathalie Gamiochipi, secrétaire fédérale CGT Santé, infirmière dans cet hôpital ariégeois, dont le service est menacé selon la liste publiée dimanche.

 

Ainsi, estime Didier Bernus, secrétaire de la fédération FO Santé, "on invoque de soi-disant normes de sécurité pour légitimer un projet qui n'a qu'un seul but : faire des économies. Et cela, sans prendre en compte le fait que ces services, même petits, répondent à de véritables besoins".

 

"IL FAUT PRENDRE EN COMPTE LA RÉALITÉ DE LA RÉGION"

 

Situé au cœur d'une zone de montagnes et de vallées très enclavées, l'hôpital de Saint-Girons s'est déjà battu pour le maintien de sa maternité. "C'était il y a presque dix ans, se souvient Nathalie Gamiochipi. Certes nous n'atteignions pas le quota de naissance requis. Mais il faut comprendre ce qu'est la réalité de la région : certains patients habitent dans la vallée à plus de cinquante kilomètres, et on ne parle pas de kilomètres d'autoroute ! Ce sont des routes de montagnes en mauvais état, enneigées durant l'hiver. Les élus, les professionnels, les habitants ont bataillé et nous avons obtenu une mesure d'exception géographique".

 

Elle ne comprend pas que le nom de l'hôpital figure sur la liste de ceux qui pourraient perdre leur service de chirurgie. "Nous avons fait de gros efforts pour nous réorganiser, créer des partenariats pour que nos équipes aillent pratiquer au CHU de Toulouse. On nous parle de taux de fuite, de gens qui éviteraient l'hôpital. Mais ce sont des contre-vérités : nous n'offrons pas toutes les spécialités ici, il faut donc que les patients aillent ailleurs pour certaines spécialités. Mais nous n'avons aucune fuite pour les services qui existent à l'hôpital comme l'obstétrique ou l'orthopédie." Pour elle, la fermeture du service serait une "catastrophe". "Nous avons ici une population vieillissante. C'est déjà un arrachement de partir de chez eux. Ceux qui doivent déjà faire cinquante kilomètres pour atteindre Saint-Girons ne feront pas cinquante kilomètres de plus pour aller à Foix !"

 


Source : lemonde.fr (6 juillet 2010)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article