Le plan d’austérité Fillon taxe la santé à hauteur de 1,2 milliard d’euros

Publié le par sphab/cgt & associés

Le plan d’austérité Fillon taxe la santé à hauteur de 1,2 milliard d’euros

 

110828-Mutuelles-et-Plan-FILLON.png

 

Le chef du gouvernement vient d’annoncer un plan d’économies de 12 milliards d’euros. Alors que la presse remplit ses colonnes des taxes sur les sodas, cigarettes ou sur les plus grosses fortunes, l’annonce de la nouvelle taxe sur les mutuelles reste trop discrète.


Et pourtant. La « taxe sur les riches » rapportera 200 millions d’euros, alors que la nouvelle taxation brutale des garanties santé qui touchera l’ensemble des Français, s’élèvera à 1,2 milliards d’euros cette année et 2,2 en année pleine.


Les contrats « responsables » de complémentaire santé (qui traduisent en actes les efforts de maîtrise des dépenses de santé) voient ainsi leur taxation (qui date tout juste d’un an) passer de 3,5% à 7%.


« Cette mesure annoncée aujourd’hui par le Premier ministre est un très mauvais coup porté à l’accès aux soins quand on sait que les complémentaires financent aujourd’hui 50 % des soins de premier recours », s’insurge Etienne Caniard, président de la Mutualité Française.


« Cette mesure est d’abord d’une grande injustice sociale. Le gouvernement a délibérément choisi de faire peser sur les usagers de la santé une très grande partie de l’effort budgétaire, alors que des secteurs entiers de l’économie en sont totalement exemptés. Si nul ne conteste la nécessité de lutter contre les déficits, comment comprendre le choix de taxer les complémentaires santé, indispensables à tous les Français, y compris les moins favorisés, quand l’effort demandé aux plus hauts revenus ne sera que symbolique », poursuit Etienne Caniard.


Cette mesure est aussi incohérente : elle va conduire de nombreux Français à renoncer à avoir une couverture complémentaire alors que le gouvernement ne cesse de solliciter les mutuelles pour compenser les reculs de la Sécurité sociale.


Enfin, cette mesure sera inefficace à terme car elle va à l’encontre des ambitions affichées par ce même gouvernement d’une meilleure organisation du système de santé. La taxation quasi uniforme des garanties complémentaire santé ne permettra plus de valoriser les contrats solidaires et responsables, accentuant ainsi la dérégulation et l’exclusion par la sélection des risques.


Dans ce même discours, François Fillon a annoncé que la réforme de la dépendance, qui devait être lancée le mois prochain, est une nouvelle fois reportée. « Traiter ce dossier dans le contexte économique et financier que nous connaissons aujourd’hui, dans l’urgence, ne serait pas responsable », a estimé M. Fillon. « L’adaptation de notre modèle social, c’est une nécessité de long terme (...), il nous faudra trouver des ressources adaptées, nous devons y travailler encore d’ici le début de l’année 2012 avec tous les acteurs de ce secteur », a-t-il ajouté. 2012 étant année électorale, on peut penser que la réforme est repoussée aux calendes grecques...

 

Toutes les mesures annoncées :
www.gouvernement.fr/

La réaction de la Mutualité française :
www.mutualite.fr

 

 

 


source: viva.presse.fr (25 août 2011)


Commenter cet article