Les Tunisiens de Brest réunis pour la liberté

Publié le par sphab/cgt & associés

Les Tunisiens de Brest réunis pour la liberté

 

 

110117-BREST-TUNISIE.jpg

Marié à une Bretonne depuis 28 ans, Hamadi Bouslama (à gauche), originaire de Hammamet a rencontré pour la première fois Walid Saddi, de Tunis sur la place de la Liberté, samedi à Brest. / Photo : Béatrice Le Grand

 

Plus de cent personnes se sont rassemblées samedi pour manifester leur solidarité à la « révolution de jasmin ».


Trois questions à... Walid Saddi, Tunisien habitant en France, ingénieur...par Sabine NICLOT-BARON (Ouest-France)

 

C'est important pour vous de manifester aujourd'hui ?


Primordial. Nous devons montrer que nous sommes tous solidaires de ce qui se passe en Tunisie. Depuis quelques jours, je suis sur un nuage... Je regarde la télé, je téléphone à ma famille restée au pays. Cela fait des années qu'on attend un grand mouvement populaire qui émancipera définitivement la société tunisienne et nous rendra notre fierté.


N'y a-t-il pas un risque de retour de l'islamisation ?


Il y a une certaine islamisation de la société tunisienne, je dirais culturelle, mais de là à un retour de l'islam, je n'y crois pas. Les Tunisiens sont profondément attachés à la citoyenneté, au Code du statut personnel instauré par Bourguiba (1). Ce qui proposent les islamistes ne colle plus au degré d'évolution de la société tunisienne. Nous voulons un état laïc qui respecte les libertés individuelles.


Qu'est-ce qui a changé en quelques années ?

                           


En Tunisie, les jeunes sont éduqués. L'école est obligatoire même dans les zones rurales, pour les filles comme pour les garçons. Les gens lisent, s'informent. Ils ont vécu avec la peur de la police durant des années ce qui ne les a pas empêchés de réfléchir. Il faudra être vigilant, mais nous pouvons évoluer enfin vers une démocratie. C'est une chance qu'il ne faut pas rater !


 


 


 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

                                                         

 

 


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       


 


 

 

 

 

 


 

 

Commenter cet article