Ordre infirmier:la fin est proche !

Publié le par sphab/cgt & associés

 

110808-grandfd.gifOrdre infirmier
la fin est proche !

   

 

 

 

Le refus très majoritaire des IDE d’adhérer à l’Ordre et de payer pour travailler, a provoqué des résultats en cascade :

 

-         Madame Bachelot avait critiqué le montant de la cotisation.

-         Monsieur Bertrand, Ministre du Travail s’est prononcé pour une cotisation facultative.

-         La Présidente de l’Ordre national Infirmier, Madame Le Bœuf annonce sa démission le 8 juillet.

-         L’Ordre infirmier qui a engagé des dépenses sans compter (locaux luxueux, 138 permanents…) annonce un déficit de 10 millions d’euros. Déficit que les banques ne veulent plus couvrir.

 

Rappelons qu’à 90% les IDE ont refusé de voter pour les représentants de l’Ordre.

 

Les infirmier(e)s ont dit d’une même voix :

Nous refusons de payer pour travailler, ces gens là ne peuvent prétendre nous représenter.

 

L’Ordre en déroute ne représente que lui-même : un petit commerce, boycotté par les clients, qui va mettre la clé sous la porte.

 


L’intersyndicale (CGT, UNSA, CFTC, SNICS, SUD, FO, CFDT) demande aujourd’hui : « l’abrogation des lois et décrets instituant l’Ordre national infirmier » à Monsieur X. Bertrand.

 

Tout chantage est inadmissible.

 

Des collègues ont alerté la CGT : la Direction du CH Dieppe fait pression ces derniers jours sur les IDE en CDD ou stagiaires pour les contraindre à s’inscrire à l’Ordre donc à verser une cotisation.

Pourquoi verser des dizaines d’euros à un Ordre qui va mettre la clé sous la porte ?

C’est verser une cotisation dans le vide.

 

Ces pressions de la Direction sont particulièrement choquantes.

 

Par mesure d’apaisement nous demandons que cessent ces pressions.

Nous invitons tout collègue qui en serait victime de le signaler au syndicat (7594)

 

 

La CGT fera tout pour que soient enfin traitées les vraies questions qui intéressent les infirmières :

 

Améliorer les conditions de travail.

Obtenir des remplacements dans les services.

Disposer de plannings réglementaires et stables.

Arrêter la polyvalence.

 

 


source: fédération CGT santé action sociale

Commenter cet article