Pau (64) Répression syndicale au Centre Hospitalier des Pyrénées

Publié le par sphab/cgt & associés

Pau (64)

Répression syndicale

au Centre Hospitalier des Pyrénées

 

CH-PYRENEES-PAU.jpg 

 

 

La direction du Centre Hospitalier des Pyrénées à Pau n'a pas hésité à déposer une plainte nominative au pénal (art 341-1, 342-2 du code pénal) à l'encontre de 3 délégués syndicaux pour (je cite sans rire) : "entrave à l'exercice des libertés d'expression, du travail, d'association, de réunion ou de manifestation".


 Le 18 décembre 2009, en mouvement depuis des mois pour la défense de nos organisations de travail, les personnels (une centaine ) avaient décidés d'aller à la rencontre des élus de la République lors de la tenue d'un Conseil d' Administration. Si les élus n'y étaient pas un huissier de justice lui était bien présent !! Cette action est insupportable à la Direction qui n'hésitera pas à "donner" le nom d'une vingtaine de personne à cet huissierla CGT et qui siège de droit !! Aucun débordement  juste une prise de parole . auquel tout le monde a refusé de communiquer son identité. Parmi ceux-ci figurait étonnament aussi le nom d'un administrateur de


Six mois après les faits 2 délégués de la CGT sont convoqués à la Gendarmerie (soit le 8 juillet 2010), une vingtaine de noms ont été transmises par l'huissier.


La plainte s'éteint pour 3 motifs : il n'y a pas eu "entrave de manière concertée et à l'aide de menaces" , le quorum du CA n'était de toute manière pas atteint (Procès-Verbal du Conseil d’Administration du 21 décembre) c'est contre X que la direction aurait dû porter plainte et non pas de manière nominative !!


Reste :

la tentative de réprimer un mouvement syndical et le fait d'instaurer un climat plus que délétère pour les personnels et leurs représentants

- plusieurs interrogations de nature juridique :

- en proposant à la police les noms donnés par la direction, l'huissier n'a t'il pas faillit à son devoir d'impartialité ou d'un autre nature qualifiée en droit ?

- en portant plainte nominativement et non contre X, la direction (au delà du fait qu'elle à commis une erreur en droit ) n'est elle pas en défaut de loyauté  vis à vis de ses agents ?

- quid de l'administrateur CGT qui siégeait régulièrement ?

 

 

Daniel Salabaraas, délégué CGT du CHP de Pau

 


Source : le blog « socialiste de gauche 65 » ( http://socialistedegauche65.over-blog.com/article-repression-syndical-au-centre-hospitalier-de-pau-53773824.html)


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article