Plouguernével (22) AHB : « les conditions de travail se dégradent » selon la CGT

Publié le par sphab/cgt & associés

 

 

Plouguernével (22)


AHB : « les conditions de travail se dégradent » selon la CGT

 

 

Dans un communiqué la CGT annonce que « les salariés de l'association hospitalière de Bretagne sont en mouvement pour alerter la population du Centre Bretagne sur la dégradation de leurs conditions de travail et, de ce fait, sur la dégradation des conditions d'accueil et d'hospitalisation des patients». Une distribution de tracts a eu lieu le mardi 22 mars à Rostrenen. Une nouvelle action est prévue ce mercredi sur le site de l'hôpital pour cette fois défendre la convention collective en cours de rénovation.

 

« CONDITIONS PAS SATISFAISANTES»

 

« L'ARS (Agence Régionale de Santé) contraint les établissements psychiatriques à réduire régulièrement leur capacité, sans tenir compte des besoins réels en lits, annonce la CGT. A Plouguernével, très régulièrement depuis quelque temps, la direction installe des lits supplémentaires le week- end afin d'accueillir malgré tout les patients nécessitant des soins. Ces conditions d'hospitalisation ne sont pas satisfaisantes tant pour les patients que pour les personnels soignants. Au nom de restrictions budgétaires, on persiste à fermer des lits en psychiatrie, sans tenir compte des besoins' des usagers; il en découle une dégradation inacceptable des soins. La situation est identique sur les deux autres établissements psychiatriques du département: Bégard et Dinan.

 
Le syndicat CGT de l'AHB (. .. ) réclame un arrêt de la fermeture de lits en psychiatrie et des moyens supplémentaires afin d'accueillir correctement les patients ».

 

Le syndicat indique par ailleurs que des négociations sont en cours au niveau national concernant la rénovation de la convention collective CCN 51. « Les syndicats n'admettent pas que cette négociation n'ait d'autre but que de récupérer des fonds au niveau des budgets des établissements en amputant d'une manière considérable les acquis de la convention collective, précise Françoise Thépaut, secrétaire du syndicat. En terme de salaire, la situation ne cesse de se dégrader: les salariés ont perdu 16 % de pouvoir d'achat en 10 ans, pour exemple la seule augmentation de salaire en 2010 était de 0,5 % au 1 er décembre ».

 

 


Source : LE POHER  (mercredi 30 mars 2011)



 

 

Commenter cet article