Pontivy (56) Santé. Une motion pour le maintien du 8e secteur

Publié le par sphab/cgt & associés

Pontivy (56)

Santé. Une motion pour le maintien du 8e secteur

En terme de santé plus encore qu'ailleurs, le vieil adage «mieux vaut prévenir que guérir» se vérifie. Les élus l'ont bien compris en adoptant une motion à l'unanimité contre un projet de modification des secteurs de santé.

 

KERIO-2-07-2010.jpgSanté. Une motion pour le maintien du 8e secteur

 

 

Alors que ce dernier conseil municipal, mercredi soir, ne comportait aucun dossier chaud entraînant des débats - il s'agissait de régler les affaires courantes avant la pause estivale - la dernière question, ajoutée in extremis à l'ordre du jour, quelques minutes avant l'ouverture de séance, a pourtant été comme un coup de semonce pour l'assemblée municipale. Et adoptée à l'unanimité.


 De huit à quatre secteurs


Jean-Pierre Le Roch, maire, s'est fait le rapporteur d'une réunion à laquelle il assistait à la mi-juin à Rennes et pilotée par l'ARS, Agence régionale de santé. Son nouveau responsable, Alain Gautron, envisagerait, dans un délai très court, de modifier la carte des secteurs sanitaires. Si plusieurs hypothèses se dessinent, celle qui découpe le territoire de santé breton en quatre départements semble avoir sa préférence. Ce qui bien entendu, ici pour le 8e secteur, ne serait pas sans engendrer un certain nombre de réelles difficultés.

 
Et Kério?


Du coup, une motion a été adoptée par le conseil mercredi soir, et la même était soumise, hier soir, aux élus loudéaciens. Elle resitue le contexte et rappelle la création de ce secteur selon le schéma régional de 2006 et ses caractéristiques propres, liées au vieillissement de la population ou aux pathologies spécifiques engendrées par l'industrie alimentaire. Et de souligner, notamment, l'organisation existante avec la constitution d'un pôle santé public-privé sur la commune de Noyal-Pontivy, issu du regroupement des plateaux techniques de Loudéac et Pontivy. Ces deux villes estiment «que la réduction des huit territoires de santé bretons en quatre pourrait obérer gravement l'avenir des établissements du territoire et qu'il irait à l'encontre du développement du centre Bretagne». La motion stipule que ces deux villes «jugent prioritaires la coopération interdépartementale et le maintien du secteur de santé nº8». «Nous sommes totalement opposés à cette redéfinition en quatre départements, alors qu'il y a une bonne dynamique de créée. Pourquoi casser ce qui marche bien?», ajoutait le maire. Cette motion validée va être transmise à toutes les instances départementales, régionales et nationales.


La fuite des cadres et des entreprises


Gérard Derrien, conseiller municipal de l'opposition et médecin, a également comme tout son groupe, validé ce texte. «Il est clair que, pour la dynamique d'un secteur et y faire venir des cadres, il faut proposer entre autres du service lié à la santé. S'ils partent, les entreprises feront de même et c'est une catastrophe assurée pour tout un bassin de vie». Bernard Baucher, conseiller de la majorité qui a rejoint ces propos, en appelait également à la mobilisation générale, estimant qu'une motion n'était pas suffisante eu égard aux enjeux. Pour Jean-Pierre Le Roch, il faut attendre la décision qui devrait intervenir au 7 juillet. Mais il est vrai que, dans ce cas, mieux vaut crier avant d'avoir mal.

 

Valérie Le Moigne




Source :letelegramme.com (vendredi 2 juillet 2010)


Commenter cet article