Six syndicats appellent à des mobilisations locales le 7 octobre, la CFTC et FO restent à l'écart

Publié le par sphab/cgt & associés

Six syndicats appellent à des
mobilisations locales le 7 octobre,
la CFTC et FO restent à l'écart

A l'issue de leur réunion de rentrée, hier, la CGT, la CFDT, la FSU, l'Unsa, la CGC et Solidaires ont appelé à une journée d'action, le 7 octobre. La participation de FO et de la CFTC, qui ont boudé la réunion, est très incertaine.

L'intersyndicale plie, mais ne rompt pas. Hier, à l'issue de leur réunion de rentrée, la CGT, la CFDT, la CGC, l'Unsa, la FSU et Solidaires ont appelé à une mobilisation interprofessionnelle mercredi 7 octobre, lors de la journée mondiale d'action sur le « travail décent » organisée par la Confédération syndicale internationale (CSI). Soucieuse d'inscrire rapidement une date à l'horizon et de « redonner de la visibilité à nos revendications », la CFDT s'est vite ralliée à la proposition défendue de longue date par la CGT. Les modalités d'action seront « arrêtées localement » pour coller au plus près aux attentes du terrain, précisent les membres de l'intersyndicale, qui mettront en avant des revendications sur l'emploi, les jeunes et les salaires. « Quoiqu'en disent les augures sur la sortie de la crise, les dégâts économiques et sociaux s'aggravent, ce qui rend d'autant plus urgentes les réponses en matière d'emploi et de lutte contre les inégalités », insiste le communiqué commun.

Délitement

Cette annonce ne suffit pas à masquer le délitement de l'intersyndicale. Hier, la CFTC et FO ont franchi un nouveau cap en boudant la réunion. Les incompatibilités d'agenda évoquées ne trompent personne. Après l'échec des mobilisations du 26 mai et du 13 juin, les centrales de Jean-Claude Mailly et de Jacques Voisin ne croient plus à cette approche et dessinent en creux un nouvel axe pour contrer l'alliance CGT-CFDT, à qui elles ne pardonnent pas la réforme de la représentativité. Ces deux dernières centrales ont beau assurer que « la porte reste ouverte », les liens seront très difficiles à renouer. A la CFTC, Jacques Voisin affirme que sa centrale « reste dans l'intersyndicale », mais se dit très sceptique sur sa participation au mouvement annoncé hier. Le bureau confédéral tranchera la semaine prochaine. De son côté, FO, partisan esseulé d'une grève nationale, a déjà annoncé qu'il consacrerait le 7 octobre à un …colloque. Une fin de non-recevoir sur laquelle Bernard Thibault a ironisé, hier, à l'occasion de son meeting de rentrée (lire ci-dessous). « La division est-elle une fin en soi ? », a-t-il pointé à l'adresse de Jean-Claude Mailly.

 

La journée du 7 octobre n'en sera que plus dure à organiser. Les syndicats réunis hier espèrent relancer le mouvement de revendications et « redonner confiance aux salariés dans leur capacité à intervenir » (CGT), mais le climat social est moins favorable qu'au printemps et les salariés doutent désormais de l'utilité de telles journées d'action. Pour l'intersyndicale, qui se réunira à nouveau le 28 septembre, le risque est réel que la mobilisation reste modeste le 7 octobre.

DEREK PERROTTE,

Article publié le merdredi 9 septembre 2009 sur le site lesechos.fr

(http://www.lesechos.fr/info/france/020128512453-six-syndicats-appellent-a-des-mobilisations-locales-le-7-octobre-la-cftc-et-fo-restent-a-l-ecart.htm)



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T

un travail décent, ça veut dire quoi?ou s'arrête et où commence l'indécence? la seule possiblité est la non casse des conventions collectives et leur respect, elles ont étées formulées au cours du
temps et ont fait leur preuves
qui défend encore les conventions collectives aujourd'hui?


Répondre