Créteil (94)-La chirurgie cardiaque au cœur d’une mobilisation générale

Publié le par sphab/cgt & associés

Créteil (94)

la chirurgie cardiaque au cœur d’une mobilisation générale

Sous les fenêtres du ministère de la Santé, des centaines de manifestants ont dénoncé, hier, un projet de fermeture qui aurait des conséquences désastreuses pour l’accès aux soins.

 

110311-MONDOR-3.jpg

Mobilisation générale pour sauver le service de chirurgie cardiaque du centre hospitalier universitaire (CHU) Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne) : hier, en milieu de journée, plusieurs centaines de manifestants – personnels, usagers et élus locaux – se sont rassemblés sous les fenêtres du ministère de la Santé. Forts d’une pétition de soutien qui a recueilli 17 131 signatures, ils contestent, sous les couleurs et les banderoles de la CGT et de SUD, le projet de l’Agence régionale de santé (ARS) de supprimer l’autorisation délivrée pour la chirurgie cardiaque à Henri-Mondor et de menacer de facto l’hôpital de Créteil tout entier. Dans les rangs, la détermination est totale. « Les bagarres, ça sert à quelque chose, on le voit avec la victoire pour la radiothérapie à Guéret », lance une syndicaliste SUD.


Secrétaire de la CGT de l’AP-HP, Rose-May Rousseau fustige une « fausse concertation ». « À travers cette bataille, nous défendons toute l’offre de soins et la recherche des hôpitaux publics en Île-de-France », insiste-t-elle sous les applaudissements des délégations venues de nombreux établissements de la région. Au nom du Mouvement de défense de l’hôpital public, André Grimaldi dénonce une « politique d’étranglement » avec la « mise en concurrence des hôpitaux, même au sein de l’AP-HP » : « Un coup d’arrêt peut être donné si nous gagnons sur la chirurgie cardiaque à Mondor ! » Président socialiste de la région, Jean-Paul Huchon dénonce une « décision d’une grande brutalité » et, accompagné de nombreux élus de son département, Christian Favier, président PCF du conseil général du Val-de-Marne, évoque une logique « purement comptable » : « Décidée dans la précipitation et sans concertation, la fermeture de la chirurgie cardiaque à Mondor aurait des conséquences désastreuses pour les habitants du Val-de-Marne et aussi de la Seine-et-Marne. Cela recentraliserait l’accès à la santé dans Paris intra-muros, alors que, pour nous, la chirurgie cardiaque doit rester une activité de proximité… »

 

Thomas Lemahieu


 


source: humanite.fr (vendredi 11 mars 2009


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article