Dehors, les vieux ! La filière gériâtrique est malmenée dans les hôpitaux

Publié le par sphab/cgt & associés

Dehors,les vieux!

La filière gériâtrique est malmenée dans les hôpitaux

 

 

par Christophe Trivalle, gériatre, hôpital Paul-Brousse (Villejuif).

Auteur de "Vieux et malades, la double peine", L'Harmattan.


 


 

Dr_Trivalle.jpgCe titre reflète bien la politique actuelle à l'égard des personnes âgées malades et dépendantes. Aujourd'hui, l'économie domine tout, y compris la médecine et le médico-social. Car, où est-il le plus facile de récupérer de l'argent si ce n'est en s'attaquant aux plus fragiles et aux plus démunis ? Alors que les effets d'annonce succèdent aux effets d'annonce, les plans Alzheimer aux plans Alzheimer et les plans "grand âge" aux plans "grand âge", sur le terrain, rien ne bouge. Ou si peu. En général, une ou deux "vitrines" que l'on met en avant à chaque nouvelle annonce.


Voici quelques exemples parmi d'autres de ce rejet des vieux. Le dernier en date : pour faire suite à la loi "Hôpital, patients, santé et territoires" (HPST), -l'-APHP a décidé de regrouper ses hôpitaux dans le but de faire des économies en fermant si possible des services. Ainsi, dans le nouveau groupe Béclère-Bicêtre-Paul-Brousse, la première décision, dont l'objectif est de récupérer 1 à 2 millions d'euros, est de fermer/transférer le service de gériatrie de Bicêtre. Alors que c'est le seul bâtiment vraiment conçu pour les malades âgés de ce groupe. Bicêtre a donc décidé de jeter ses vieux pour faire des économies.


Dans ce même groupe, l'hôpital Paul-Brousse a déjà fermé 100 lits de soins de longue durée (SLD), doit encore en fermer 18 en 2010 et en transformer 60 en lits d'unité d'hébergement pour personnes âgées désorientées (UHPAD, équivalent de maison de retraite). Pour l'instant, les lits ferment et il n'y a pas de créations à côté, ou très peu, ce qui entraîne un blocage de la filière gériatrique.


Les malades restent plusieurs mois en soins (moyen séjour) avant de trouver une place en long séjour ou en maison de retraite (EHPAD). Le moyen séjour étant bloqué, il ne peut pas accueillir les malades du court séjour qui, lui-même, ne peut pas prendre les malades des urgences. Au final, faute de places, les urgences renvoient à domicile des malades âgés qui devraient être hospitalisés. Encore une fois, on rejette les vieux.


Pour pouvoir ouvrir les lits d'établissements de suite et de réadaptation (SSR) gériatrique de l'hôpital Rothschild, l'APHP a prévu de fermer 37 lits à Georges-Clemenceau, 67 lits à Joffre-Dupuytren, 115 lits à Charles-Foix et 10 lits à Paul-Doumer. On déshabille Paul pour habiller Pierre, comme si les vieux de banlieue valaient moins que ceux de Paris intra-muros.


Toujours sur le moyen séjour, ce secteur va bénéficier en 2012 de la tarification à l'activité (T2A) qui a déjà mis en déficit les trois quarts des hôpitaux (486 millions d'euros de déficit pour les hôpitaux publics en 2007). On sait déjà que sa mise en route va entraîner un déficit important par rapport aux budgets actuels et que le seul moyen de rentabiliser les lits sera de faire sortir le plus rapidement possible (moins de 40 jours) les malades. Or, les patients âgés atteints de la maladie d'Alzheimer ont des durées de séjour allant de six à neuf mois. Dehors, les déments !


Et lorsqu'on regarde ce qui coûte cher, c'est le personnel. Il faut donc réduire le personnel partout où c'est possible. Ainsi, le plan Alzheimer prévoit des unités cognitivo-comportementales (UCC) pour les malades ayant des troubles du comportement (agitation, agressivité, déambulation, fugues) avec un tout petit peu plus de personnel. Mais, dans la plupart des cas, il va s'agir de redéploiement, les soignants devant être pris ailleurs. Au final, ces unités ne pourront pas remplir leur tâche et refuseront les malades les plus lourds. Dehors, les agités !

En 2006, le plan Solidarité grand âge prévoyait des ratios d'un soignant pour un résident en institution. On en est revenu à des ratios de 0,6 en EHPAD et de 0,8 en SLD. Les gériatres, dans l'objectif de trouver les besoins nécessaires à une prise en charge correcte des malades âgés, ont même inventé des échelles d'évaluation. Pour la dépendance, il s'agit de la grille Aggir (Autonomie gérontologique, groupes iso-ressources) et pour les soins, de la grille Pathos. Cette dernière échelle devait permettre de quantifier objectivement les besoins et de mettre en place les moyens humains et financiers réellement nécessaires.


Or dès sa conception, cette grille a été faite pour sous-évaluer les besoins (ainsi, les patients atteints de la maladie d'Alzheimer ou en fin de vie sont considérés comme ne nécessitant aucun soin technique), et elle a été utilisée d'emblée par le ministère pour enlever encore plus de moyens aux résidents âgés. En effet, en 2006, la première coupe Pathos a été faite pour montrer qu'au moins 30 % des malades âgés en long séjour n'avaient rien à y faire et qu'ils devraient être placés dans une structure avec encore moins de soignants (mais en payant toujours le même prix : au minimum 2 000 euros par mois). Dehors, les résidents !


Lorsque la grille Pathos a été utilisée en maison de retraite en 2007, elle a d'abord amené à un renforcement des moyens. Mais aujourd'hui, il faut faire des économies et les nouvelles coupes Pathos sont revues à la baisse pour les établissements les mieux dotés (cf. la pétition "Personnes âgées : la coupe réglée ?"). Le fait d'avoir des soignants en nombre serait de "l'acharnement malsain" ! Encore un moyen de se débarrasser des résidents les plus fragiles.

Toujours en institution, le projet de réintégration des médicaments dans le budget global, avec pour objectif affiché de réduire la iatrogénie. En réalité, il s'agit purement et simplement de restreindre l'accès aux médicaments pour les malades âgés en institution, toujours dans le but de faire des économies. C'est facile car c'est un "marché captif". Pas de traitement pour les vieux.


On pourrait trouver d'autres exemples. Dès lors, comment s'occuper du quatrième âge, sans structures, sans personnels et sans financements ? Comment assurer une prise en charge digne à nos aînés dans un pays qui rejette ses vieux ?


Source : lemonde.fr (23/04/10)

 



 vieux-et-malade--la-double-peine--christophe-TRIVALLE.jpgVIEUX ET MALADE : LA DOUBLE PEINE !

TRIVALLE, Christophe

Éditeur : HARMATTAN
Date de parution :
23/03/10

Prix : 13, 50 €

Description :

Il y a actuellement en France 5 millions de personnes âgées de plus de 75 ans.
860 000 sont atteintes de la maladie d'Alzheimer, 691 000 sont dépendantes et plus de 400000 sont en institution.

Alors que les besoins de structures adaptées vont augmenter de 30 à 50% d'ici à 2025, on continue de fermer des lits de soins de longue durée.

Partout les moyens humains et matériels diminuent alors que les malades âgées doivent payer de plus en plus.

Notre société est devenue maltraitante pour ses vieux.

Qu'attendent les politiques pour agir ?

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article