Etudiants infirmiers en promotion professionnelle : des bras dans les services pour l’été…

Publié le par sphab/cgt & associés

Etudiants infirmiers en promotion professionnelle : des bras dans les services pour l’été…

 

110818-IDE-AS.jpgAides-soignants, vous partez en formation infirmière ? Vous reviendrez très vite aide-soignants...


Avec la refonte de la formation infirmière, les nouveaux étudiants issus de la promotion professionnelle ont eu des surprises. Depuis septembre 2009, les aide-soignants (A.S.) entrés en formation sont sous le régime du nouveau référentiel de formation. Ils sont dispensés du premier stage qui valide la compétence 3 "Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens" et sont remis à disposition de leur établissement d'origine.


Ils doivent alors retourner en service en qualité d‘A.S.


Cette formation s’inscrit dans le cadre du dispositif L.M.D. Les périodes de congés ont  donc évolué pour être plus ressemblantes à celles que l'on connaît à la faculté. En pratique, les Instituts de Formation en Soins Infirmiers (I.F.S.I.)  ferment l'été pendant 8 semaines et la scolarité s'interrompt.

La lettre  circulaire N° DGOS/RH4/2010/337 du 1er septembre 2010 relative aux congés annuels des agents en promotion professionnelle émanant de la ministre de la santé et des sports de l’époque fixe les conditions dans lesquels les employeurs qui financent ces formations, accordent les congés.


A condition d‘être pris en charge financièrement à 100%, l’agent en promotion professionnelle bénéficie comme tout agent de la fonction publique hospitalière de « 5 fois ses obligations hebdomadaires de service ». Au delà des 5 semaines, l’agent est remis à disposition de son établissement d ‘origine.


Le législateur prévoit de ne pas accorder des congés supplémentaires pour le temps de travail personnel (Le nouveau référentiel prévoit 900 heures de travail personnel). Ce temps de travail personnel n’est pas rémunéré. Il prévoit « toutefois la possibilité d‘accorder à l’agent du temps supplémentaire à consacrer, le cas échéant, à des recherches ou mises à niveau, après évaluations de ses besoins pédagogiques avec l’I.F.S.I. concerné » .


Un grand écart permanent entre sa formation et son statut précédent

 

Bien entendu, les employeurs bénéficient alors de tous ces professionnels lorsqu’ils sont remis à disposition. D‘autant que l’on peut supposer que s’ils ont eu accès à la promotion professionnelle, c’est parce que leur implication, leur motivation, leur manière de servir ont été reconnues. Pendant la période estivale, ce renfort est une aubaine dans les services.


Pour autant, il apparaît comme essentiel de respecter les différents temps que traversent ces agents ; la pratique des soins infirmiers peut se faire uniquement pendant les périodes de stage et avec l’encadrement nécessaire des tuteurs. Les agents lorsqu’ils retournent en service l’été ne peuvent pas réaliser les soins infirmiers même si ils les réalisaient quelques jours auparavant.


En pratique il y a lieu de se questionner sur l’affectation des A.S. en promotion professionnelle ? L’été, faut-il reprendre le même poste dans le même service, la même équipe ? Peut-être pas…


Pour les agents concernés il faut sans cesse faire le grand écart entre le statut d'étudiant en soins infirmiers et la fonction d'aide-soignant. Lorsqu’il entre en formation, l’agent passe du statut d'A.S. dans une équipe au statut d'étudiant avec des savoirs et des pratiques à acquérir, des compétences à développer, puis il revient A.S. après quelques semaines de formation pendant que les autres étudiants vont en stage.


Après cette première interruption de formation, l’agent reprend à nouveau le statut d‘étudiant pendant plusieurs mois, pour revenir encore A.S. pendant l’été... Il est déjà difficile de faire le deuil du métier d’aide-soignant, et ces dispositions ne facilitent pas la tache aux futurs infirmiers.


Julien Pouvesle - Cadre de Santé

 


source : actusoins.com ( vendredi 12 août 2011)

Commenter cet article